logoleft

Art rupestre

L’un des meilleurs arts rupestres au monde

Art rupestre

Si l’art rupestre sud-africain a survécu, c’est le fruit d’une amère ironie. Les Sans ont été pourchassés par les Européens, les Zoulous, les Basothos et plusieurs autres tribus en raison de leur conviction selon laquelle le bétail devait appartenir à tous. Ils ont été chassés dans le désert du Kalahari et dans les montagnes du Drakensberg, dans la province du KwaZulu-Natal, ce qui a assuré la pérennité de leurs peintures rupestres.

Une stupéfiante galerie d’art rupestre est ouverte en permanence au public dans les montagnes du Drakensberg et dans la région du Cederberg, dans la province du Cap-Occidental. C’est tout l’héritage des Sans, les premiers habitants de l’Afrique du Sud. Leurs dessins ont longtemps fasciné les spécialistes locaux et internationaux par leur finesse, leur simplicité et l’utilisation audacieuse des couleurs, proches des techniques modernes.

Le peuple San, des chasseurs-cueilleurs primitifs à l’arrivée des Européens, ne vivait pas selon le système tribal et ne s’est pas intégré facilement. Ils furent poursuivis et chassés dans des régions reculées, comme le désert du Kalahari, les montagnes du Drakensberg et les montagnes Maluti, où leur art a survécu dans des grottes et sur des surplombs rocheux.

Les experts en art rupestre du monde entier s’accordent à dire que les œuvres des Sans sont les plus nombreuses et les plus avancées au monde ; par conséquent, les sites de ces peintures rupestres sont aujourd’hui protégés et considérés comme un héritage national. Afin de préserver les peintures, les randonneurs ont l’interdiction d’utiliser les grottes reculées du Drakensberg comme abri et doivent camper à l’extérieur.

Le monde a découvert la culture curieusement spirituelle des Sans, ainsi que leur conception de l’art, de la musique et de la danse rituelle, grâce à l’auteur Laurens van der Post, qui écrivit, en 1958, « Le Monde perdu du Kalahari ».

Le plus ancien musée d’Afrique du Sud, le Iziko SA Museum, au Cap, ouvert en 1825, possède une extraordinaire collection d’art rupestre sud-africain, dont des parois entières de grottes.

Le Bushman Cave Museum, un site à ciel ouvert dans la réserve de Giant’s Castle, dans le Drakensberg, compte 500 peintures, dont certaines pourraient être âgées de plusieurs milliers d’années. Shelter Cave, dans la réserve de Kamberg, près d’Estcourt, dans le KwaZulu-Natal, peut se visiter en compagnie d’un guide. Bushman’s Kloof, dans la région du Cederberg, est une autre galerie d’art rupestre spectaculaire, de même que les montagnes de Gifberg, dans la province du Cap-Occidental.

À Kimberley, dans la province du Cap-du-Nord, se trouve le Wildebeest Kuil Rock Art Centre, une initiative communautaire gérée par les peuples San et Khoe et des chercheurs. Le centre a été soigneusement intégré autour d’une colline sacrée.

Le musée McGregor de Kimberley et le musée Vryburg, à la frontière du Kalahari, possèdent également de belles collections d’art rupestre.

Renseignements complémentaires

Drakensberg Tourism
Drakensberg Tourism Association
Drakensberg Tourism Association
Travellers Rest

Conseils de voyage et de planification

Comment s'y rendre ?

La plupart des sites d’art rupestre sont accessibles après une marche facile à modérée depuis votre lodge ou votre lieu de stationnement.

Période de visite idéale

En Afrique du Sud, le temps est doux toute l’année. C’est au Cap que les hivers sont les plus froids.

Où dormir ?

Les possibilités d’hébergement près des sites sont nombreuses et variés, et vont du rustique au luxueux.