logoleft

Le projet transfrontalier Maloti-Drakensberg

Le « Château d'eau » panoramique à la biodiversité unique

Le projet transfrontalier Maloti-Drakensberg

Le projet transfrontalier Maloti-Drakensberg a pour but de protéger les prairies à haute altitude et les sommets escarpés de ce que certains qualifient de plus grand « Château d'eau » d’Afrique. Le projet constitue également un sanctuaire pour les oiseaux, mammifères et plantes alpines rares.

Les pics élancés de la chaîne de montagne du Drakensberg, dont l’agencement rappelle la forme d’une faucille, s’étirent le long de la partie orientale du pays. Leurs sommets les plus élevés se dressent épaule contre épaule avec les montagnes Maloti du Lesotho et captent ainsi tous les nuages porteurs de pluie venus de la côte de l’Océan Indien.

Ensemble, ces deux chaînes de montagnes forment le plus grand « Château d'eau » d’Afrique. La protection de cette réserve d’eau essentielle est assurée par le projet transfrontalier Maloti-Drakensberg. Les tours de basalte et les hautes terres immaculées de ces montagnes permettent d’acheminer l’eau vers les basses terres à travers une myriade de ruisseaux, qui viennent ensuite grossir les eaux des rivières Tugela et Umzimvubu, qui s’écoulent en direction de l’est, ainsi que celles du principal fleuve sud-africain, l’Orange, qui coule quant à lui vers l’ouest.

Sur le site de l’Amphithéâtre du Drakensberg, du côté sud-africain du projet transfrontalier, levez les yeux pour apercevoir le mince filet d’eau qui constitue la rivière Tugela se précipiter dans le vide. Vous avez ici la deuxième cascade la plus haute du monde.

Ces montagnes de basalte escarpées, flanquées de contreforts de grès, sont les derniers vestiges de la coulée de lave provoquée par la rupture du Gondwana il y a 180 millions d’années. Ces hautes terres abritent également certaines des espèces d’oiseaux les plus rares d’Afrique du Sud : la grue caronculée, l’ibis chauve et le gypaète barbu, une espèce qui se nourrit d’os.

La végétation alpine de la réserve naturelle transfrontalière du Drakensberg est très sensible aux perturbations (causées par le pacage excessif ou le piétinement). L’endroit est également un sanctuaire pour les ruisseaux, bourbiers, tourbières et marais, qui jouent un rôle essentiel dans « l’usine à eau ».

L’une des périodes idéales pour la visite du projet transfrontalier Maloti-Drakensberg se situe entre novembre et février, lorsque les prairies sont souvent jonchées de fleurs : finbos et protéas inhabituels, glaïeuls africains orange, lys rouges des rivières, tritomas (aussi appelés kniphofias) et orchidées subtiles.

Du côté du Lesotho, vous pourrez même avoir la chance d’apercevoir l’aloé polyphylle, espèce rarissime et endémique de la région.

Renseignements complémentaires

Maloti-Drakensberg Transfrontier Project
Maloti Drakensberg Route
Ezemvelo KZN Wildlife
Peace Parks Foundation

Conseils de voyage et de planification

Qui contacter ?

Pour plus d’informations, contactez :

Les réserves naturelles du KwaZulu-Natal au +27 (0) 33 845 1000, ou rendez-vous sur leur site Internet à l’adresse www.kznwildlife.com

Le projet transfrontalier Maloti-Drakensberg, au Lesotho, au +266 (22) 312 662, ou à l’adresse cmokuku@maloti.org.ls

Comment s'y rendre ?

Les montagnes du Drakensberg sont situées à quelques heures de Durban (qui possède un aéroport) dans les terres. Vous pouvez également vous y rendre en voiture depuis Johannesburg ou Pretoria, en passant par le Losotho et le spectaculaire col de Sani. La route n’est accessible qu’aux véhicules tout terrain mais devrait bientôt être goudronnée pour permettre le passage des véhicules de ville.

Période de visite idéale

Chaque saison a son charme, et vous pourrez même parfois vivre les 4 saisons dans la même journée. L’hiver est souvent marqué par la neige, et l’été par des orages spectaculaires. L’automne et l’hiver sont des saisons particulièrement plaisantes.

Où dormir ?

Du côte sud-africain, vous pourrez optez pour le camping, les chalets autonomes ou les maisons d’hôtes et hôtels de luxe. L’hébergement au Lesotho est confortable, mais généralement plus rustique.